Forum inspiré de Noragami.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

"Never let the shadows of yesterday dim the light of tomorrow" - (Pv : Kofuku Ebisu).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 26
Yens : 32
Date d'inscription : 24/07/2014
Age : 19
Localisation : Au pays des Bisounours *^*
MessageSujet: "Never let the shadows of yesterday dim the light of tomorrow" - (Pv : Kofuku Ebisu). Mer 6 Aoû - 3:26


   
   
Silence


Le parc est si tranquille à cette heure. Le soleil est haut, la chaleur étouffante de l'été est présente. Au contraire des hommes. Ils doivent être cher eux en compagnie de leur familles. Je suis assise là sur le banc, en compagnie de chats errants. Ils restent près de moi, personne d'autre peut me voir a part ses horribles montres. Et les démons, ces formes humaines démoniaques. Ils me font peur, je sais que de toute façon je n'ai plus trop à avoir peur. Je suis morte. Je regarde autour de moi, un homme courais en survêtement et c'est quand j'ai compris qui c'était que mon cœur me fit un mal de chien. Kagami, ses yeux, ses cheveux doux. Je voulais tant lui courir après, lui dire que j'étais présente mais rien. Il ne me voit pas. Il ne me verra plus jamais. Il passe près de moi. Je voudrais tant le toucher. Le serrer dans mes bras mais il continue sa course. Et je reste là les bras tendus espérant pouvoir l'attraper. J'espère tellement que je ne vois plus que lui. Plus jamais ces doux baisers, plus jamais de câlin. Je me met à pleurer à chaude larmes. Je m'installe dans l'herbe, sur mes genou un petit chaton roux, la tète entre les bras je continue ainsi. Le soleil me brule la peau. Alors que je ne dois plus rien sentir. Je caresse avec douceur le jeune chaton, il est tout doux. Aussi doux que le coton. Mes vêtement sont sale et en piteux état. Je n'ai rien avec moi à part mes basket rose fluo ainsi que mon jean et mon tee-shirt. Mes cheveux long blond me semble si déteint. Je me laisse aller comme bon me semble après tout personne ne peut me voir. Je ne serai plus jamais blesser. Plus jamais de sang coulera sur cette terre vierge. Non, elle ne sera plus souillée. Je laisse le vent emporter mes soucis de mort bien loin mais jamais assez longtemps pour respirer. Je repense si souvent à lui, et ça me fend de toute part. Comment peut-on vivre avec un tel poids sur le cœur ? Je n'ai rien compris. J'aimerai savoir pourquoi on ma achever. Ai-je fais du mal à quelqu'un ? Assez du moins pour en finir ainsi ? Je ne comprend rien. Oh dieu ayez pitiez de moi. Non ils ne veulent pas. Pourquoi ? Je n'en sais rien et je ne le saurais jamais. Allez au moins je peut le voir. Je m'allonge dans l'herbe douce entourée de félin, sentent l'odeur musquée des verdure. Et je m'endors.

La journée passe tranquillement, il va bientôt faire nuit. Je sais pas ou dormir cette fois ci. Dans les ruelles sombres j'ai encore le temps pour choisir. Il fait encore jour, je reste encore assise par terre. Les chats sont partis et j'observe le paysage qui me semble sans fond, des arbres et de la verdure à perte de vue.  Une odeur de rose et de fleur flotte, une odeur délicate que j'aime respirer. ma fleur ne trouve pas dans ce coin là, c'est un coquelicot, cette fleur si délicate. Rouge écarlate mais ne rappelant pas le moins du monde le sang. Une odeur unique qui ne va qu'à elle. Je suis comme elle, spéciale en ayant tout de même quelque chose à moi. Je suis fragile. Elle ne se trouve pas partout. Elle est rare. Les nuages défilent dans le ciel des sortes de démons volent silencieux à la recherche d'humain pour dévorer leur âmes. Je les regardent défiler silencieuse comme la mort. Sans dire mot. La respiration sifflante. La chaleur du zénith perd de sa force. Nous somme en plein été. Et pourtant les nuit sont froides. Je reste planté sur l'herbe comme une pauvre statue que quelqu'un ne voudrais plus. Attendant qu'on l’accepte. J'aurais aimé avoir un ami ou une aime. Quelqu'un à qui se confier. Quelqu'un à qui parler. Pouvoir s'amuser, rire à nouveaux. Mais c'est comme si ça m'étais interdit pour un raison que je ne connais pas. Le soir tombe et doucement je m'endors. Me me suis percher sur un arbre. Espérant ne pas être dérangé. Je me réveille doucement, autour de moi les humains promènent leur chien ou entre eux. Riant avec force, moi je n'ai rien de tout ça. Je me rappelle ce celle qui ma transformer en ce que j’étais avant ma mort. Elle disais être un dieu, mais comme je l'ai souillé elle ma virée. Je me retrouve donc encore une fois de plus seule. Je me prépara à bouger mais quelque chose retient mon attention, c'est-une fille aux cheveux rose. Elle me voit ? C'est impossible personne ne peut me voir.

" - Euh tu me voit ? '"


   
 
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

"Never let the shadows of yesterday dim the light of tomorrow" - (Pv : Kofuku Ebisu).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Noragami :: °~ Coin du Staff :: Archives 2014 :: RPs-